Reflections - Réflexions

Et pour les fêtes…

Comme chaque année la période de noël et du nouvel an est accompagnée de son lot de repas de famille et entre amis. Ce qui devrait être un bon moment peut parfois s’avérer être un cap difficile à gérer pour les personnes ayant un régime particulier. C’est d’autant plus vrai pour les végans…

Il arrive parfois d’être invité chez des personnes qui n’ont pas pris en compte, ou ne savent pas comment prendre en compte, les spécificités de votre régime végan. Plusieurs choix s’offrent alors à vous, tous aussi difficiles les uns que les autres :

préparez vous à répondre aux questions…

  1. Manger comme tout le monde ? Arrrrggg… (j’agonise rien qu’à l’idée) Mais imaginons… Si vos hôtes connaissent votre véganisme, il vous faudra justifier pourquoi vous n’êtes pas végan cette fois-ci ! Cela aboutira inévitablement à une remise en cause (justifiée !), de la sincérité de votre démarche végane. “- Finalement tu manges des produits animaux ?”, “- Ton véganisme, c’est modulable ?”, “- Pourquoi tu nous prends la tête toute l’année avec tes restrictions alimentaires si c’est pour craquer aux fêtes ?”, “- Tu vois que tu ne peux pas résister!”, etc. A la prochaine discussion sérieuse vos arguments de végan n’auront plus aucun poids. Honnêtement, je pense, et j’espère sincèrement, que de véritables végans ne seront jamais prêts à aller jusqu’à sacrifier des êtres sensibles pour préserver quelques heures de convivialité.
  2. Ne rien dire et éviter les plats potentiellement non végans ? Hormis le fait qu’il faut être un véritable Sherlock Holmes pour savoir où se cachent certains produits comme les œufs, les laitages, les bouillons de viandes, la gélatine et certains additifs, sans éveiller les soupçons, vous n’allez pas manger grand chose (la salade verte, le pain et la salade de fruits) et cela va très vite attirer l’attention et bientôt vous aurez à justifier pourquoi vous ne mangez pas ceci ou cela. “- Tu n’aimes pas ?” , “- Ca n’est pas bon ?”, “- Tu as une allergie ?”… Quelque soit vos réponses, votre hôte sera au mieux ennuyé de n’avoir pas pu vous satisfaire, au pire énervé par vos étranges caprices.
  3. Informez uniquement votre hôte de votre véganisme ? Soit il préparera quelque chose pour vous, soit vous pouvez convenir avec lui d’apporter vos propres plats. Quelque soit la solution retenue cela éveillera la curiosité des autres convives, et en agacera certains, même s’ils ne sont pas concernés (je l’ai vécu à plusieurs reprises). Préparez vous à l’interrogatoire. “- Pourquoi tu ne manges pas comme tout le monde ?”, “- Le repas proposé n’était pas assez bien pour toi ?”, “- Tu viens toujours avec tes plats quand on t’invite ?”…
  4. Afficher ouvertement votre véganisme à tous ? Un conseil attendez les premières questions sur votre drôle de repas aménagé avant de parler de votre véganisme !!! Dans le cas contraire on vous reprochera de mettre en avant “vos croyances”, on vous accusera de prosélytisme, ou pire on vous trouvera arrogant de dire que vous êtes végan car vous sous-entendez que vous êtes moralement supérieur… Quoiqu’il en soit, une fois le sujet lancé il sera quasiment impossible de l’arrêter. Préparez vous à l’un des repas les plus long et fatiguant de votre existence ! Il faudra répondre à de nombreuses questions et vous justifier sans fin. “- Puisque tu viens avec tes plats, si je viens chez toi je peux venir avec ma viande ? Pourquoi ça ne fonctionne que dans un sens ton truc ?”, “- Tu n’as pas de carence ?” (plus souvent : tu dois avoir des carences !) Suivi de, “- Mais où est-ce que tu trouves tes protéines ?”, “- Et même le lait ?!”, “- Et même les œufs ?!?!”, “-Et même le miel ?!?!?!…” avec une syncope du convive avant d’avoir pu répondre. Bien sur vous aurez également l’éternel débat : nous sommes des carnivores, nous sommes des chasseurs, les animaux sont là pour être mangés, les légumes souffrent aussi, le bébé carotte, le lion et la gazelle, nos canines, la disparition des vaches et des cochons si on ne les mangent plus, le déforestation pour produire ton soja, etc.

Ou pas …

Depuis deux ans, ma compagne et moi avons résolu le problème pour Noël. Nous faisons un Noël 100% végan. C’est à dire seuls !… En effet, nos proches refusent de venir chez nous au motif que “- Noël c’est quand même pour se faire plaisir à table, alors manger que vos trucs de végans…”, même s’ils n’y ont jamais goûté !

La seule et véritable question pour nous est :

Peut-on faire l’effort de participer à un repas basé essentiellement sur le sacrifice d’animaux, et donc qui va à l’encontre de toutes nos convictions, pour faire plaisir à des personnes qui ne font pas l’effort de venir chez nous au seul motif qu’a priori un repas végan ne serait pas assez festif pour eux ?

Je vous laisse vous faire votre opinion…

Pour le réveillon du nouvel an c’est plus délicat. Nous sommes invités par des amis avec d’autres convives qui ne nous connaissent pas. En accord avec notre hôte nous apporterons nos plats. Ensuite le challenge de la soirée consistera à ne pas se faire griller par les gens qui ne savent pas que nous sommes végans. Si nous échouons, nous essayerons de botter en touche le plus rapidement possible. Mais dans ce cas, il faut bien s’y attendre, les mêmes questions vont quand même pleuvoir…

Pour les prochaines années nous avons le projet d’organiser un Noël et/ou un réveillon ouvert aux végans afin de rompre l’isolement de bon nombre d’entre nous. N’hésitez pas à rejoindre

notre groupe Facebook VEGAN WANNA BEE

Ou à consulter

notre boutique VEGAN WANNA BEE

pour avoir plus d’informations lorsque tout cela se mettra en place.

Joyeuses fêtes véganes à tous !

Pour vous, vos proches, l’humanité et tous les animaux…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *